Atari

ATARI, la première major du jeu vidéo (1972-1983)

Version 1.0,
article en open write*
première synthèse par Frank Beau


Atari 2600

La fameuse console Atari 2600 ou autrement appelée VCS

***En 1972, Atari produit 10.000 unités de Pong en quelques mois, mais de nombreux clones apparaissent dans les salles d’arcade, une douzaine, avant que Nolan Bushnell ne pense à déposer le brevet. Ainsi Nolan Bushnell est-il le premier à avoir transformé l’expérience vidéoludique en activité profitable. Dans le même temps la console Odyssey a bien du mal à démarrer mais le jeu Pong lui permettra de décoller et d’atteindre une vente de 100.000 unités. Nolan Bushnell est souvent considéré comme l’inventeur du jeu d’arcade. Or, à la même époque deux étudiants du MIT tentent de commercialiser Galaxie Game (1971), mais surtout, bien avant cette époque, en 1966 un jeu appelé Le Periscope fut mis sur le marché par le fondateur de Sega David Rosen.

I. L’ère du jeu d’arcade 1972 -1977, la naissance d’Atari et l’ère PONG

***Dès 1973, Pong est un véritable phénomène dans les salles d’arcades. Six milles exemplaires sont vendus à 1000 dollars pièce. Nutting voudrait revenir sur ce marché, regrettant de ne pas s’être soumise aux exigences de Nolan B. Car dès la fin de l’année 73, 23 compagnies se sont lancées dans la production de jeu d’arcade, réduisant d’entrée de territoire commercial d’Atari (une version Dr Pong existe même pour les hôpitaux). Atari est la première société à prendre contact avec la société Namco au Japon. Cette année, la compagnie réalise 3.2 millions de $ de chiffre d’affaires. Atari compte rapidement près de 80 employés. Elle invente ainsi un certain style « underground » dans la façon de gérer l’entreprise . Les horaires sont libres, la musique hard rock est à fond dans les locaux. Bushnell est forcé de mettre en place des caisses noires pour payer les amendes des employés pris en possession de « shit », ainsi que pour les avortements thérapeutiques. Le credo de l’entreprise est alors : « Nous voulons faire des jeux, pas des bombes« .

***En 1974, Atari lance le jeu d’arcade Touch Me. Quatre boutons s’allument dans un ordre aléatoire, ordre que le joueur doit restituer en un temps limité, les séquences devenant à mesure que le jeu avance, plus longues et rapides. Le jeu ne rencontre pas de succès mais Ralph Baer emprunte à son tour ce concept et en fait Simon qui, commercialisé par Milton Bradley, connaîtra un véritable succès à la fin des années 70. Atari lancera sa propre version portable mais le jeu Simon ne lui laissera aucune place.

***En 1974, l’activité industrielle d’Atari est importante, la société produit un jeu toutes les six semaines. Sous l’impulsion d’Harold Lee, Atari travaille sur la conception de sa première console domestique, sur le modèle de l’Odyssey. Des membres d’Atari quittent la société pour former Kee Games (un ami de Bushnell Joe Keeman), pour créer de la compétition avec Atari. [à vérifier]. Steve Bristow créé Tank, qui devient un succès […]. Les deux sociétés fusionnent. Joe Keeman devient président d’Atari.

***Naît alors le projet Home Pong (Al Alcorn), la première console entièrement destinée au jeu Pong, qui sera un échec commercial, les magasins spécialisés ne croyant pas dans ce produit. C’est en 1975 que le jeu est enfin distribué grâce à un partenariat avec une entreprise d’articles de sport. La chute du prix des composants permet de baisser le coût de fabrication et de la vendre moins chère que l’Odyssey. Le marché de la console Pong est lancé. Atari réalise un chiffre d’affaires de 40 millions de $ et 3 millions de bénéfices en vendant 150.000 unités. En 1975, Tom Quinn de Sears Roebuck, propose de racheter toutes les unités de Pong qu’Atari peut fabriquer, et de s’occuper de la publicité et de la commercialisation. Il demande à Bushnell de doubler ses capacités de production, et obtient les droits d’exclusivité sur Pong pour un an. Le jeu sera vendu avec le logo Sears Tele-Games, et devient la sensation de Noël 1975. Atari diversifie ses jeux et lance Space Race et Grand Tak.
En 1976, Atari, concurrencée par d’importantes compagnies dans le secteur des jeux d’arcade, se lance dans la fabrication de flippers. La société rachète Cyan Engineering qu’elle intègre à son unité de Recherche & Développement.

Breakout de Steve Jobs et Steve Wozniak

En 1976, Steve Jobs rentre chez Atari, Nolan le charge de mettre au point Breakout, considéré comme la deuxième génération de jeu vidéo. Steve Wozniak le rejoint, et ensemble, ils vont réaliser le jeu en cinq jours. Jobs remporte 5000 $ et Wozniak 350 $. « Les ventes s’essoufflent sensiblement et Bushnell veut alors lancer un nouveau type de jeu qui pourrait relancer les ventes. L’idée d’un casse briques émerge alors, mais les ingénieurs demandent plusieurs mois avant de pouvoir proposer un prototype ! Bushnell lance un appel à ses employés. Dans le tas, un jeune homme du nom de Steve Jobs affirme pouvoir réaliser ce jeu en trois jours. Bushnell accepte et relève le défi. En fait, c’est un ami de Steve Jobs, Steve Wozniak, un génie de l’électronique, qui fabriquera la machine, en échange de parties gratuites aux jeux d’Atari. Jobs s’occupe alors du jeu lui-même. Mais la machine n’est pas tout à fait au point, par exemple, lorsque l’on perd la balle, on voit s’afficher ‘Oh shit !’ à l’écran. Ainsi est né Breakout » .

breakout

Breakout


II. L’époque WARNER
De la crise à la domination du marché 1977-1982

1. 1976-1978 Bushnell et Warner, la sortie de la VCS

***En 1976-177 Atari va être concurrencée par les consoles Coleco, Studio II de RCA (sortie en janvier 1977, titre éducatifs, jeux en N&B, cartouches) et surtout Channel F de Fairchild qui invente la console à cartouche interchangeable mais ne résistera pas longtemps à la VCS. Cette année-là, c’est aussi l’apparition des premiers micro-ordinateurs comme l’Altaïr. Kee Games et Atari fusionnent. Bushnell veut lancer l’Atari 8000 mais n’en a pas les moyens. La société se lance dans le développement d’une nouvelle console. Le prototype « Stella » est proposé par Joe Decure, Ron Mihner et Steve Meyer supervisé par Jay Mine, le futur créateur d’Amiga. En octobre 1976, Bushnell est à la recherche de fonds. Il prend contact avec Disney et Universal Studios mais Manny Gerard, le Vice-Président de Warner, a vu le prototype de la VCS en laboratoire et comprend immédiatement qu’elle fera le tour du monde. « Holy Shit! This is going to take over the world » s’exclame-t-il. Nolan Bushnell revend son entreprise pour 28 millions de dollars (touchant au passage une prime de 15M$). Il est nommé Chairman of the Board et Joe Keeman président. Warner décide alors d’investir 100 millions de dollars pour lancer la Stella. La console qui finalement sera baptisée la « VCS « sort en novembre 1977. Quatre cent mille exemplaires sont produits. Elle est vendue avec neuf jeux et proposée à Noël aux Américains pour 200$. Le marché ne décolle pas immédiatement. Atari survit durant cette première période de crise grâce aux investissements de Warner. Si le succès n’est pas immédiat la VCS révolutionne pourtant le monde des consoles de salon. L’Odyssey va rapidement faire figure d’ancêtre. La machine est articulée autour d’un processeur MOS Technology 6502 (6507 ?) et chaque jeu est présenté sous forme d’une cartouche comprenant une puce ROM de 4k. Mais la VCS c’est aussi 128k de RAM pour enregistrer les scores, trois pistes sons, une vitesse d’horloge de 1.19 Mhz (cinq cent fois moins que les ordinateurs de 2001). La première version de la console est différente de celle qui sera commercialisée plus tard en France. Elle comporte six boutons argentés (au lieu de quatre sur la version européenne). Elle est fabriquée à Sunnyvale dans la Silicon Valley mais les usines seront bientôt transférées à Hong Kong et Taiwan.
La puissance d’Atari, dès l’année 1978 et durant les trois années qui vont suivre, repose sur le fait que tous les titres créés par les laboratoires Atari ou diffusés par la firme californienne sont très facilement adaptables pour la console. La logithéque de la VCS va devenir une référence. Les hits vont s’y succéder très rapidement : Breakout, Pitfall, Pole Position, Galaxian. Spacewar, Outlaw. Pendant l’été 1978, la firme engrange d’importants bénéfices. Cette année-là apparaissent les premières vraies concurrentes : l’Odyssey 2 de Magnavox (Videopac en Europe) et l’Intellivision de Mattel Electronics, Bally dans le secteur de l’arcade. Un nouveau marché va imposer une réorganisation de la société. Au département Arcade, s’ajoutera le département « Home Entertainment », puis celui des micro-ordinateurs. Dès l’hiver 1978, Atari inaugure la méthode du « rationnement » des consoles lors de leur sortie sur le marché, que l’on connaîtra plus tard avec les consoles Sega, Nintendo et Sony partout dans le monde.
En désaccord sur le lancement de la VCS, rebaptisée Atari 2600, et accusé par les dirigeants de Warner d’être responsable des premières pertes d’Atari lors de ce lancement, Bushnell va quitter la société en 1978 avec des indemnités records. En partant, il rachète à Atari les droits d’exploitation des Pizza Time Theatre, et lance dans la foulée une chaîne de restaurants dans tout les pays : Chuck E. Cheese! combinant restaurant et salle d’arcade. On peut y admirer des animaux robotisés, jouer à des jeux électroniques ou des jeux d’arcades tout en mangeant une pizza. La mascotte de l’établissement est le rat Chuck E.Cheese. Ray Kassar surnommé « The Czar » devient le PDG d’Atari au début de l’année 1979. Les méthodes vont alors changer radicalement, l’ère hippie se termine, beaucoup d’employés quittent la société.

2. 1979-81. L’âge d’Or d’Atari, Space Invaders

En octobre 1978, sort Football le premier jeu utilisant un Trackball. Ce système de contrôle révolutionnaire est basé sur une boule partiellement enfoncée dans la machine que le joueur fait tourner du bout de ses doigts. Son utilisation se généralisera à toutes les applications informatiques, au même titre que la souris. (voir aussi les dates des jeux : Air-Sea Battle, Basic Math, Blackjack, Indy 500, Star Ship, Street Racer, Surround and Video Olympics).
L’année 1979 est marquée par le développement du marché des consoles. La sortie de l’Intellivision de Mattel et de la Videopac de Philips mais aussi des premiers micro-ordinateurs grand public, va obliger Atari à trouver son rythme de croisière. En 1979 Warner réalise que le marché des consoles peut exister en dehors des fêtes de Noël, et décide dès janvier de faire la promotion de l’Atari 2600 toute l’année. Jusqu’ici les consoles de jeu étaient associées au marché du jouet, ce qui apparaît clairement dès 1975 en France à la lecture de la revue Science et Vie qui chaque mois de décembre publie dossier sur le jeux à la mode, dans lesquels commencent à se trouver les premières consoles telles que l’ES2201 de Philips en 1975, puis la Videopac dès 1978. Quatre cent mille VCS sont vendues en 1979, rapportant 200 millions de chiffre d’affaires à Atari.
En 1979, Atari crée douze nouveaux jeux. La société décide de quitter le marché des flippers mais va enchaîner les succès dans les salles d’arcades. Howard Delman réalise Lunar Lander en août 1979. Le principe est le suivant : le joueur doit aider un module spacial à alunir en douceur. C’est le premier jeu d’une série à graphisme vectoriel d’Atari. En novembre Howard Delman, Ed Logg et Lyle Rains réalisent Asteroids, 70.000 unités sont vendues. Il détrône Space Invaders de Taito qui, à ce moment, connaît un gros succès dans les salles d’arcades depuis sa sortie pendant l’été 1978 au Japon (arrive aux US et en Grande Bretagne en 1979). La production de Lunar Lander est arrêtée.
L’une des clés du succès d’Atari est de faire de bonnes adaptations des jeux d’arcades connus du grand public. Pour être compétitive face à Mattel et l’Odyssey 2, Atari décide d’adapter Space Invaders sur console, son premier jeu  » killer-app ». Le jeu sort sur le marché en janvier 1980. Il est si populaire que pour la première fois le public achète la console VCS uniquement pour retrouver Space Invaders. Les quatre cent mille exemplaires sont vendus. Nous sommes en pleine époque Star Wars. La VCS va dominer 80% du marché jusqu’en 1982.

***En 1980 Atari réalise Adventure le premier jeu vidéo à contenir un « Easter Egg », un crédit pour son programmeur, Warren Robinett. Mais cela n’intervient qu’après une vague de départs chez Atari, de programmeurs lassés de voir leur nom absent des notices et des emballages. Il ‘agit bien de la première forme de revendication du droit d’auteur et de la propriété intellectuelle dans le domaine du jeu vidéo. L’exemple le plus édifiant est celui de Rick Mauer, le programmeur de la première version de Space Invaders pour la VCS (un million d’exemplaires), qui toucha 11.000$, alors que ce jeu rapporta 100 millions de $. Il ne fit aucun autre jeu pour la société et fut licencié six mois plus tard au cours d’un plan de restructuration. David Crane, Alan Miller, Bob Whitehead et Larry Kaplan des anciens d’Atari vont créer Activision le 25 avril 1980, une société qui ne tardera pas à concurrencer Atari avec des jeux originaux, notamment de simulation sportive. Ils commercialisent les jeux Dragster, Fishing Derby, Checkers et Boxing très bien accueillis par le public, et démontrent ainsi pour la première fois qu’il peut exister des meilleurs jeux sur Atari 2600 que ceux qu’Atari est capable de produire. Atari va tenter de se retourner contre Activision accusant les programmeurs de violation de la confidentialité, essayant de les empêcher de vendre ces jeux, mais ce sera un échec. Activision réalise 70M$ de chiffre d’affaires cette année-là.
En novembre 1980 Howard Delman, Roger Hecor et Ed Rotberg créent Battlezone, le premier jeu d’arcade en vue subjective 3D, où le joueur pilote un char dans un champ de bataille (75000 unités vendues). Le ministère de la défense des Etats-Unis demande à Atari d’étudier une version améliorée du jeu pour l’entraînement de ses soldats.
En 1980 Atari organise les premiers championnats et tournois internationaux sur VCS pour promouvoir ses jeux. Des compétitions régionales sur Space Invaders dans les régions et la finale à New York. En août 1980 deux millions de VCS ont été vendues aux Etats-Unis.
A la fin de l’année 1980, Atari réalise 415M$ de CA avec 77M$ de bénéfices, ce qui représente un tiers de bénéfices de la compagnie Warner et constitue la croissance économique la plus rapide de toute l’histoire des Etats-Unis.

***L’année 1981 sera plus difficile pour Atari. Elle sort Asteroïd (Brad Stewart) qui sera le jeu le plus vendu de l’histoire d’Atari tous supports confondus. Ce jeu présente une nouveauté : « le scoring », la possibilité pour celui qui établit le meilleur score d’entrer son nom abrégé en trois lettres. 80.000 unités sont vendues aux USA, mais le succès sera moindre dans le reste du monde.
Des tentatives plus avant-gardistes à présent avec le jeu Cosmos, une console portable qui utilise des hologrammes n’intervenant pas dans le jeu, ayant plutôt une fonction esthétique. La commercialisation de ce jeu n’aura jamais lieu. En revanche dans les salles d’arcades sort le premier jeu en couleur avec graphisme vectoriel, créé par Jeff Minter. En raison de l’instabilité matérielle de ce procédé l’expérience s’arrêtera là, mais le jeu est un grand succès. Missile command, la deuxième version de Space Invaders, sort à la fin de l’année. En juillet 1981, Atari a produit 43 jeux. Space Invaders, Asteroïds et Missile Command sont les trois plus importants puis viennent Breakout, Adventure, Circus Atari, Indy 500, Night Driver et Video Pinball. Les consoles Pong, comme le signal un article dans Science et vie en décembre 1977 (n°723) : « Si le jeu vidéo est utilisé pendant plusieurs heures, il faut éviter de régler la luminosité du téléviseur au maximum quel que soit le modèle du jeu. En effet les raquettes et surtout le filet étant toujours au même endroit risquent de provoquer un vieillissement prématuré du revêtement interne du tube cathodique et des traces sombres pourraient alors apparaître durant la réception des programmes TV normaux. Ce type de vieillissement est irrémédiable : il est donc préférable de l’éviter, sinon de le ralentir« . Des programmeurs trouvent alors la parade et créant des routines changeant la couleur de l’écran régulièrement pour éviter de brûler l’écran comme avec les consoles Pong.
La console Intellivision a beau être supérieure technologiquement, en 1981 Atari est toujours leader du marché. Le marché se réduit cette année-là à la concurrence entre ces deux consoles, mais des sociétés nouvelles se sont montées, telles que Imagic et Games By Appolo. La société Imagic est fondée par des programmeurs démissionnaires d’Atari et de Mattel qui, travaillant sur la VCS et l’Intellivision, étaient à leur tour excédés par la non reconnaissance de leur travail.
La VCS est commercialisée en Europe en janvier 1980. Elle présente une façade couleur bois avec quatre boutons argentés en façade et deux boutons de difficulté à l’arrière. Elle est livrée avec 2 manettes (les CX40). Une version façade noire sera commercialisée par la suite. En France, la console décolle en 1982 et 84. Des clubs se montent un peu partout. PECF, une filiale française de la Warner sort son magazine l’ATARIEN dans lequel on peut trouver des compte-rendus sur des championnats sur 2600 en Europe, des tests de jeux. En France, les dernières consoles 2600, se vendront en 1986 à 490Frs avec une cartouche. 125.000 VCS sont vendues en Grande Bretagne, et 500.000 Space Invaders car il va exister très vite plus de cent versions différentes de ce jeu (bombes zigzagantes, etc.). En Grande Bretagne, Ingersoll Electronics une filiale de Heron Corporation importe la VCS. Le manuel d’instruction dit : « Atari, une autre bonne idée d’Ingersoll » (précisons). Atari rachète les droits pour 21 millions de $. Ingersoll vend 11.000 unités en août 1980, trois fois ce qu’elle avait espéré. A sa première sortie en GB en 1978/79 la VCS coûtait 169£, et les cartouches étaient à 15£. Le prix de la console fut abaissé à 99.95£ en 1980, en dessous de la barrière psychologique des 100£. Ce marché comprit alors qu’en réduisant le coût du hardware on pouvait réaliser des profits importants sur la vente des jeux.

***La troisième activité d’Atari entre 1976 et 1981 est celle des micro-ordinateurs. En 1976, Steve Jobs, un ancien d’Atari était venu demander conseil à Bushnell pour le lancement de sa création, l’Appel IL. Bushnell l’avait soutenu. Jobs se lance alors dans l’aventure Apple. Nous voyons ici que l’univers du jeu et des consoles précède bel et bien celui de la micro-informatique, en constituant même le terreau principal. Mais c’est en 1978 seulement qu’Atari va rejoindre les trois leaders que sont Apple, Commodore et Tandy en lançant les ordinateurs 8 bits 400 et 800. Seulement le public n’adhère pas tout de suite associant Atari au monde du jeu et non de l’informatique. Les Atari 400 et 800 ne parviennent pas à prendre la place que la VCS occupe dans le monde ludique et à détrôner les trois pionniers du marché de l’époque mais Atari parvient tout de même à se faire une place de choix, qu’elle consolidera avec les séries XL et XE (notamment le 800XL devenu l’ordinateur familial). Mais des problèmes d’incompatibilité pousseront une partie du public à se rabattre sur les Atari 400 et 800. L’année 1979 verra l’arrivée du Commodore, le Vic 20 et en 1982, du Commodore 64, un ordinateur qui va marquer toute une génération et dont le succès est orchestré par Jack Tramiel (déjà père du KIM1, premier micro-ordinateur à carte), l’un des grands visionnaires de la micro-informatique aux côtés de Steve Jobs et Bill Gates. Toutes activités confondues Atari réalise en 1981 un chiffre d’affaires de 2 milliards de dollars. Atrai une société connue dans le monde entier emploie 10000 personnes et occupe plusieurs buildings dans la Sillicon Valley.

III. La fin de l’âge d’or, le premier crash du jeu vidéo 1982-1983

***Après le procès contre Activision, Atari obtient le droit de distribuer des licences sur sa console en échange de royalties. En mars 1982 The Economist publie un article sur Atari constatant que la société représente 75% du marché, et réalise 400 millions de $ de profits, ce qui a pour effet d’encourager d’autres entreprises à se lancer sur le marché. En 1982, en un temps record, une douzaine de compagnies apparaissent : Venturevision, SpectraVision, Telesys, CBS, 20th Century Fox, US Games, M Network, Tigervision, Data Age, Imagic et Coleco, Parker Bros (GB ?), Apollo, Bomb. On trouve même une société spécialisée dans les jeux pornographiques appelée Mystique. Cela permettra à Atari d’enregistrer un chiffre d’affaires conséquent de 203M$, mais les bénéfices sont faibles, la concurrence s’est nettement affirmée. En décembre 1982 Geiffrey Wheeler le directeur de la rédaction de Merchandising Magazine annonce qu’il y a 400 jeux différents sur le marché.

***En 1982 Atari sort Pac Man et ET, deux jeux fortement critiqués par la presse. Les analystes financiers de Wall Street prévoient 200M$ de vente. Même si Pac Man se vend assez bien (300.000 unités) il est considéré comme une pauvre adaptation du jeu d’arcade faisant alors référence. Son « Game Play », et ses graphismes de mauvaises qualités font perdre à Atari sa crédibilité dans la profession. Mais le jeu permet de relancer la 2600, des concours de Pac Man sont organisés dans les rayons des supermarchés. Atari gagne néanmoins son procès contre Magnavox accusée d’avoir plagié Pac Man avec K.C Munchkin. Mais la situation va s’aggraver en 1982 avec la sortie de E.T, un jeu qui déçoit le public. Atari va tenter de sortir son premier jeu d’aventure Earthworld prévu en quatre parties, mais la série ne sera jamais complétée.

***La Colecovision de CBS arrive sur le marché en 1982 qui présente des qualités graphiques supérieures à la VCS. Atari riposte en sortant la 5200 équipée d’un Joystick, et renomme la VCS Atari 2600. Le système est équivalent à la Coleco mais la 5200 n’est qu’un ordinateur Atari 400 redessiné. Le prix de l’Atari 2600 baisse de 100$ et sa carrière est momentanément relancée par la compagnie Arcadia qui créé un périphérique appelé « Supercharger » qui permet de lire des jeux sur bande magnétique, et d’étendre les capacités de la 2600. Les vente de la 5200 sont moins bonnes que prévu, cette console n’étant pas compatbible avec les cartouches de la 2600 et le public n’étant pas demandeur d’un Joystick analogique. La concurrence de Mattel et de Colecovision est de plus en plus grande. En février Atari va annoncer la sortie de « My favorite computer », compatible avec la 2600 mais cet ordinateur ne sortira jamais. En mars Atari entreprend de créer l’Ataritel une division spécialisée dans le développement d’ordinateur vidéo connecté au réseau téléphonique. Six cents employés sont licenciés, la fabrication est transférée à Hong Kong et Taiwan. En avril Atari ferme son usine d’El Paso au Mexique, des camions entiers déversent dans des décharges des jeux et des consoles invendues. Dès le moins de juin Warner annonce la perte de 28..4M$, le pire déficit de son histoire. Le marché de la VCS est maintenant saturé, les jeux étant trop chers. En juin Ray Kassar est accusé de malversation. Le 6 septembre James Morgan est nomé CEO d’Atari Inc. Cette année là les ordinateurs 400/800/1200 Xl sont remplacés par le 600XL et le 800XL. Les pertes d’Atari sont de 536M$. Suite aux échecs commerciaux d’Atari, la direction de Ray Kassar est remise en cause mais ce dernier reste en place. Les distributeurs ne parviennent pas à écouler des stocks de jeu. Le 7 décembre il vend 5000 parts de Warner et réalise un profit de 81000$. Entre le 7 et le 14 déembre des mouvements boursiers font écrouler l’action d’Atari. Des premières rumeurs de crack de jeu vidéo circulent.

***En 1983 Zimag et Ultravision, mais encore Amiga sont arrivés sur le marché, et d’autres fabricants des jeux ou des périphériques. Mais il y a trop de produits différents comparativement à la demande, et dès la fin de l’année 1983, plusieurs compagnies doivent déposer le bilan (US Games, Data Age, Games by Apollo, Telesys). Le premier « Crash » de l’industrie du jeu vidéo a eu lieu. La domination d’Atari n’est plus, le marché de la console périclite. Pendant l’année 1983, Atari perd jusqu’à un million de dollars par jour. La première ère des consoles s’achève incapable de relever la concurrence des micro-ordinateurs Commodore et Apple, sont puissants, proposant des jeux plus originaux avec de meilleurs graphismes. « En 1983-84, l’industrie du jeu vidéo traverse une période de crise. En effet, le déclin de l’industrie fut causée par le désintérêt des consommateurs face à une avalanche de mauvais jeux et par la concurrence des micro-ordinateurs. Atari fait alors face à de sérieux problèmes financiers et est vendu à Tramiel Technologies Ltd. Cette vente relègue la nouvelle console 7800 aux oubliettes. La nouvelle administration décide de lancer Atari dans la production d’ordinateurs personnels et de délaisser le marché des consoles (ce qui n’empêcha pasAtari de relancer la 2600 et la 7800 dans de nouveaux boîtiers un peu plus tard)« .



RESTE A TRAVAILLER : L’évolution des techniques et matériaux à cette époque – La première revendication des auteurs – Le style Underground d’Atari – Atari dans les films de l’époque – Les raisons de la croissance fulgurante d’Atari entre 1979 et 1982 (marché de la télévision, imaginaire cinématographique, maturité des techniques informatiques, entrée de la micro-informatique dans les foyers, une deuxième génération d’informaticiens, les enfants de l’après-guerre. – Effets sociologiques marquants (retrouver des textes et éventuellement des travaux théoriques). – Bibliographie : Keith Ainsworth, http://retrogamer.merseyworld.com/ – Pong dans les années 70 – Le jeu space invaders en arcade dans les années 79-81 -Interaction entre les sociétés. Notamment Mattel Fairchild, Odyssey et Coleco et les clones de Pong. – Le jeu centipede – Voir les articles sur atari – (http://www.atari-history.com/articles/articles.html)…

* Un article en « open write » est une contribution appelée à être relue et corrigée par plusieurs auteurs, et évoluer à partir d’une version 1.0 proposée par un auteur racine. Vos corrections, ajouts, seront prises en compte si elles sont pertinentes et le nom de chaque contributeur figurera dans une liste accompagnant l’article. Il peut exister plusieurs degrés de contribution. A suivre… 🙂