Nicolas Sapin

PongNicolas Sapin, un des plus grands spécialistes de jeux vidéo

Nicolas Sapin, 28 ans*, est l’un des collectionneurs français les plus expérimenté. ll s’est spécialisé dans les Pongs, Videopac, Vectrex, C64, et stocke les pièces de sa collection dans un local de 40m2 à Strasbourg.

Te souviens-tu du premier jeu vidéo auquel tu as joué ?

Pong AtariJe n’ai pas de souvenirs de bornes de jeux arcade et je ne pense pas y avoir beaucoup trainé en repensant à l’éducation anglaise que j’ai reçue… En fait, mon tout premier souvenir de jeu électronique, puisqu’il faut bien revenir aux racines, ce fut un LCD que j’ai depuis retrouvé aux puces pour 5 francs (inutile de dire que sa valeur sentimentale est au-delà) qui s’appelait « Runaway ». J’ai par la suite gouté à Donkey Kong 2 et un triple écran LCD « Le canyon aux diamants. Si tout ça c’est pas du détail 🙂 Pour ce qui est des jeux vidéo à proprement parler, mon premier jeu fut Hunchback sur C64. Mon père avait fait l’acquisition de ce commodore alors que j’avais 10 ans. Ce fut le début de tout car, si j’ai suivi pas mal de cours d’informatique tout au long des années, ce sont les jeux vidéo qui m’ont le plus marqué. Le C64 m’a laissé de supers souvenirs avec des jeux tels que : Castle of terror (aventure textuelle), Head over Heels (3D iso), The great escape, Fairlight, etc…pas forcément des jeux grand public (car la moitié des gens nostalgiques citeront Donkey Kong, Pitfall, Gyruss, etc…) mais je suis arrivé un peu tard dans ma mouvance des jeux vidéo, en 83/84 et j’ai l’étrange sensation de n’avoir pas du tout connu toute la période avant qui a vu débouler les Pongs, vidéopac, Atari 2600, etc. Non, je suis effectivement tombé dans les jeux video avec l’arrivée des ordis en 83/84.

Quelles ont été les différentes étapes (jeux et consoles) dans ton parcours de joueur ?

LCDs, C64, ST, Amiga, PC, puis seulement alors les consoles PSX, DC, N64. J’ai d’abord été trés ordinateurs mais je me suis, sur le tard, intéressé aux consoles qui proposent de plus en plus des jeux qui m’intéressent alors que les toutes premières consoles ne proposaient que le même genre de jeux d’action décliné sur plusieurs thèmes… Et comme je suis trés mauvais dans tous les jeux d’action, je n’aimais pas trop 🙂 Je suis un piètre joueur et comme tous les jeux dits « classics » sont des jeux d’action, je ne suis pas spécialiste.

Es-tu aussi amateur de jeux contemporains sur consoles ou PC ou as-tu une préférences pour les jeux anciens ?

Je vis avec mon temps tout en n’oubliant pas les racines et ce qui fait que nous en sommes là. J’ai donc toutes les consoles du moment, ainsi qu’un PC pour m’éclater sur ce qui se fait de mieux actuellement. Je ne joue que très peu sur mes vieilles consoles que je conserve plus pour le fun et l’intérêt historique que pour l’utilisation.

Comment t’est venue l’idée de collectionner des jeux vidéo?

Je suis un collectionneur dans l’âme. J’aime avant tous les objets pour l’histoire qu’ils peuvent véhiculer. Tout a commencé en 1997, dans un marché aux puces, où j’ai découvert ce que je ne connaissais même pas et qui s’avérait être une Intellivision avec des jeux. Il y a eu comme un tilt. Mais à ce moment là, je me suis dit que c’était complètement saugrenu, que personne n’avait eu l’idée de collectionner ces trucs et que je resterai vite dans mon coin avec mes saletées électroniques amassées à droite à gauche. Puis est arrivé Internet et j’ai vite découvert que je n’étais pas le seul, c’est alors que j’ai vraiment commencé en pratiquant l’échange, aussi bien de machines que d’informations.

Qu’est-ce que les vidéopac ont de si particulier pour toi ?

C’est assez simple. J’ai commencé par tout collectionner pensant vite faire le tour et tout avoir. Grave erreur ! J’ai donc par la suite décidé de me spécialiser pour trouver un max de choses sur peu de domaines plutôt que peu de choses sur énormément de domaines. C’est un choix. En faisant ce choix, je suis parti sur les collections que j’avais et qui étaient déjà les plus abouties. Il se trouve qu’en région Alsace, les Videopac pulullaient et j’avais donc déjà énormément de choses pour cette console. De plus, son côté très Européen, et surtout français puisque tout a été fabriqué chez nous, lui confère un charme tout particulier.

Quel est l’intérêt et le charme de la Vectrex pour toi ?

Cette machine est hors norme et sans doute en avance sur son temps quand elle est sortie. Son côté unique est très séduisant. Elle regroupe tout un tas d’avancées technologiques. Le nombre de jeux restreints, les accessoires tels que les lunettes 3D, le crayon optique en font un très bon sujet de collection. Et le plus intéressant, c’est qu’il existe une véritable « scène » Vectrex internationale avec nombre de développeurs qui continuent à alimenter en jeux la machine. Il en va de même pour les projets hardware.

Tu es aussi spécialiste des Pong, que reste-t-il à faire à collecter à écrire sur les Pong selon toi ?

C’est un peu la question que je me pose également. J’ai amassé environ 400 pongs et j’ai l’impression de tourner un peu en rond. Le fait est que, comme je le disais, je collectionne ces machines pour leur design et avec les pongs, je suis servi puisqu’on trouve de tout dans toutes les formes mais avec toujours la même chose à l’intérieur. Ayant centralisé tant de ces machines, je ne sais pas quelle peut en être la finalité et le boulot consistant à les répertorier, décortiquer, étudier me décourage d’avance…surtout que c’est un fait, les pongs n’intéressent quasiment personne. Je m’étais fait un devoir de les collectionner parce qu’à mon avis, ce sont les racines mêmes des consoles actuelles, et de ce fait, on ne devait pas les oublier.

Dans toute ta collection, quelles sont les pièces le plus rares que tu possèdes ?

Vectrex :

– Le meuble de vente qu’on trouvait en magasin autrefois. Il fait 1,70 m de haut et permet de stocker les jeux et de faire trôner une vectrex au dessus.

– Les lunettes 3D comme neuves en boîte.

– Le modèle japonais de la Vectrex (Kousokusen) distribué par Bandai ainsi que 2 jeux japonais en boites

– Une Mini-cade. Il s’agit d’un petit meuble d’arcade en bois intégrant une Vectrex et un monnayeur. Quatre ont été retrouvées aux USA.

– Des cartouches prototypes de plusieurs jeux, des documentations techniques provenant directement de GCE, etc..

– Un prototype de lightpen en forme de pistolet.

Videopac :

– Un prototype d’Odyssey 3, la videopac G7400 américaine qui n’est finalement jamais sortie.

– Des prototypes de jeux divers.

– Des documentations techniques usines.

– Une console Jopac non pas produite par Brandt mais par Saba/Continental Edison.

– des gadgets divers tels que pins, posters, cartes de membres, etc..

  1. Une belle collection (ne soyons pas modestes) de la série Jopac

Pongs :

Je ne peux être fier que d’une chose : la quantité (et forcément pas la qualité) avec près de 400 pongs différents.

– La borne d’arcade Pong jaune d’atari sortie en 73 en état de marche.

Quels sont les collectors que tu recherches ? Existe t-il par exemple des jeux introuvables sur Videopac ou Vectrex ?

Sur Videopac, je possède toute la série des jeux sauf 1 ! Il s’agit de la #48 Backgammon. Elle n’est, à ma connaissance, pas sortie en France et on ne la trouve que sur des sites d’enchères et vendue par des Allemands ou Autrichiens. Il s’agit d’un jeu pas facile d’accés et peu prisé des cultures nordiques ce qui peut expliquer sa rareté et sa faible diffusion. Ce jeu s’est vendu à plusieurs reprises à plus de 2000 francs (300 euros) !

Sur Vectrex, il existe toute une série de jeux dont on a connaissance de l’existence mais qu’on a pas encore retrouvé. Il y a quelques mois, un ex-ingénieur de GCE aux USA s’est pointé sur un forum Vectrex en annonçant fièrement qu’il avait plein de jeux de l’époque jamais commercialisés. Il en a fait de nombreux screenshots et nous a montré des photos de matériel qui nous ont permis d’authentifier l’ensemble de ce qu’il nous racontait. Malheureusement pour la communauté vectrex, il s’agissait d’un « connard » qui ne voulait qu’une chose, faire du fric avec ce qu’il avait…et beaucoup de fric ! Il mettait une valeur de $2000 (!!!) sur chacun des jeux prototypes qu’il avait à nous proposer. Une coalition s’est quand même formée pour lui racheter ce qu’on pouvait mais ça ne lui a pas plu et son dernier message stipulait qu’il brûlerait le tout plutôt que de nous le vendre finalement. Un vrai détraqué. Il ne reste plus qu’à espérer qu’il n’était pas le seul à détenir ces bijoux…

Quel est l’état de ta collection à ce jour, en quelques chiffres (place, nombre de consoles et de jeux, etc.) ?

Ma collection occupe un local loué de 40 m2. Il y a surtout les 400 pongs, plus de 300 jeux Videopac (avec les variations de labels, radiola, philips, américains, brésiliens, Jopac, Siera, etc.), toute une collection Vectrex.

*Entretien réalisé par e-mail le 02 mars 2002 par Frank